@ La Bobine - Salle
CONCERT :: HANAA OUASSIM + AÏTA MON AMOUR
:: Trad/electronic

Et si finalement, on organisait une rencontre étonnante entre deux artistes qui revisitent leurs traditions marocaines pour mieux tisser les luttes de demain ? Embrassant sans œillères les genres musicaux, Hanaa Ouassim chante en darija (un dialecte marocain) et nous embarque aussitôt par cette voix hypnotique et cette mélodie addictive, à mi-chemin entre trap et electro oblique. Pour Widad Mjama, pionnière des rappeuses maghrébines, c’est la fascination pour les Chikhates (ces femmes chanteuses et conservatrices d’une tradition datant du XIIe siècle) et pour l’Aïta (mot marocain qui signifie cri, appel ou complainte) qui lui a inspiré d’arracher cette poésie à l’oubli et la faire résonner à l’ère du numérique, en mêlant des instruments traditionnels aux sonorités électroniques du producteur Khalil Hentati (label Shouka)

HANAA OUASSIM
[pop / raï / électroniques - Paris]

Hanaa Ouassim est née à Settat au Maroc, où elle grandit baignée de musique traditionnelle.

Dès son plus jeune âge, elle commence à jouer des percussions dans les groupes de femmes qui animent les mariages.

Ses influences vont du Chaabi au Dance-Hall, en passant par la Country, la Shoegaze, le Stoner, le RNB, et les divas de la chanson arabe…

 

C’est à Reims qu’elle fait sa scolarité. Elle y apprend à composer de la musique en autodidacte avec son ordinateur. Elle commence rapidement une vie musicale nocturne, tout en continuant à jouer lors des cérémonies traditionnelles. Jouer dans les mariages lui permet de ne jamais cesser de travailler ses instruments, la darbuka et le bendir.

Depuis le lycée, elle manipule Ableton pour créer des édits et des remixes, que l’on retrouve lors de ses DJ sets. En 2010, elle s’installe à Paris, où le clubbing bat son plein. Elle utilise sa connaissance des répertoires traditionnels pour composer sa propre musique, mais aussi pour créer des DJ sets hybrides.

 

Rapidement remarquée, elle accompagne sur scène (aux percussions et au chant) des artistes tels que Léonie Pernet. C’est en 2013 qu’elle rencontre Arthur de Pan European Recording, et que commence la collaboration avec le label. Elle vit une vie nomade, faite d’aventures, et de rendez-vous solitaires dans le secret du studio d’enregistrement. C’est là qu’elle écrit « La vie de star », un album qu’elle a composé et produit elle-même. Entièrement chanté en Darija (le dialecte marocain), le disque fait la part belle aux inspirations pop, raï, et électroniques. Avec en toile de fond une musique folklorique sans cesse transformée.

 

Ses chansons parlent du prix de la liberté, de grand départ, de littoral, et d’échapper à son destin.

« Le folklore est un accès au mythe. Je fais souvent appel à des motifs traditionnels pour travailler ma musique. Les tonalités et les signatures rythmiques se répondent d’un monde à l’autre, faisant un appel d’air libérateur. »

 

Elle se lance en 2019 avec un remix pour Maud Geffray et un morceau pour la compilation « Voyage III », « The Shower ». Elle a récemment remixé « Loin de ma terre » de Dominique Dalcan et Souad Massi, ainsi que « Springtime is coming » de Vickie Cherie.

Elle a également composé une partie de la musique du documentaire « Enfants de Daech, les damnés de la guerre » France TV.

Elle assure actuellement les premières parties de Flavien Berger et de Zaho de Sagazan.

On la retrouvera en première partie de la créa des Trans Musicales de Rennes en Décembre 2023.

AÏTA MON AMOUR
[électro-transe – Lyon / Maroc]

Bien avant qu’elle ne puisse comprendre les mots et leur poésie, depuis son plus jeune âge, Widad Mjama est fascinée par les Chikhates, ces femmes chanteuses et gardiennes d’une tradition datant du XIIe siècle. Le projet artistique de l’AÏTA est né de cette fascination. « Aita mon amour » est le nom de sa nouvelle création, produite en collaboration avec Khalil Epi. Par cette création, le duo a souhaité arracher cette poésie à l’oubli, rendre hommage à ces femmes majestueuses et faire résonner cet art typiquement marocain à l’ère numérique. Comme un passage de flambeau entre deux générations, Widad crée un récit musical à partir de poèmes et chansons Aita qui transitent entre tradition, modernité, et cris du cœur. Widad choisit la scène comme terrain pour faire évoluer les mentalités dans un milieu encore trop souvent machiste.

+ vidéo

ven 29 Mar 2024
20H30
SOLIDAIRE 11€
NORMAL 13€
SOUTIEN 15€
Billetterie Rejoignez
l'événement