Récupération des données de l'agenda en cours.
Celà peut prendre quelques instants.

2017-07/super-parquet-2
2017-07/web-afousafous-malek-presspict2-slimanebrahimi
2017-07/web-afousafous-malek-presspict1-slimanebrahimi

Super Parquet + Afous Afous

Musiques traditionnelles et électroniques. Fusion afro, dub, punk. - Toulouse

Concert

Super Parquet + Afous Afous
29/09/17 à 20:30 (8€)

Pas de vidéo

  Aucun son disponible sur cette page

Un hymne aux mélanges des genres et aux rencontres dans le temps et l'espace ! Loin de réduire nos identités en un amas uniforme et insipide, ces confrontations en célèbrent la pluralité et en multiplient même les facettes. Et ça se passe dans une salle de concert.

Super Parquet
Folk psychédélique du Massif Central. Fusion musiques traditionnelles et électroniques.
En Auvergne comme ailleurs, les traditions se perdent. Mais une nouvelle génération de musiciens les aide à retrouver le chemin des salles de concert, le long des sentiers souterrains qui relient les musiques électroniques à leurs ancêtres folkloriques. C'est le cas de Super Parquet, cinq garçons à contrevent qui, à l'instar de France (programmé à la Bobine en 2016) ou Organic Bananas, donnent aux fêtes de village des airs de raves païennes. De bourrées psychédéliques en ritournelles bourdonnantes, leur premier EP leur donne corps avec une précision quasi ethnologique. Mais c'est évidemment sur scène, dans un fourbi de machines modernes et d'instruments rustiques (comme la cabrette et la vielle à roue), que cette musique Made in Transe se montre la plus inouïe et obsédante.

     

Afous Afous
A l'origine du projet, un certain Jaja, fondateur de Zenzile (Sachem in Salem - 1995) et ingénieur du son de Tinariwen. Guitariste, bidouilleur de sons préprogrammés, de séquences enregistrées, maître des «machines», il retranscrit en live un son puissant sur un tempo millimétré, tandis que Pascale, à la fois sensuelle et révoltée, livre un combat féroce avec sa basse. Sur ce tapis sonore, Massira pose de façon martiale des voix libérées dans une langue inventée, le «franrocain». Un set sans répit où chacun y collera ses références : rock, dub, hip-hop, punk, afro, reggae... car aucune case ne correspond vraiment à Afous Afous.